12 juillet 2015

REACTION : mon avis sur le boycott de Brandy Melville

Hola ginamigas !

En me promenant sur Twitter aujourd'hui, j'ai pu m'apercevoir que parmi les Top Trend du jour figurait le hashtag #BoycottBrandyMelville . Curieuse, j'ai voulu en savoir davantage sur sur le sujet de ce boycott massif. Ce n'est pas la première fois que ce genre de boycott internet a lieu à l'encontre d'une marque, souvenez-vous il y a quelques mois de ça du boycott de la nouvelle campagne de pub de Victoria Secret qui revendiquait la minceur comme symbole de la plastique parfaite. Cette fois-ci, j'ai décidé d'écrire un article en réaction à cette nouvelle polémique concernant le domaine de la mode. 

Mais d'abord, petite présentation de Brandy Melville.

Brandy & Melville est une marque américaine qui existe depuis maintenant plus de 15 ans, mais comme Abercombie & Fitch, a eu un gain d'intérêt massif ces 2 dernières années notamment chez les adolescentes et les jeunes adultes. Pourquoi ? Beaucoup de Youtubeuses, blogueuses, ainsi qu'idoles pour ados (les soeurs Jenner, par exemple) portent du Brandy Melville et ainsi font une publicité considérable à la marque. 


Le concept de la marque ? Des vêtements uniquement en taille unique. C'est aussi simple que ça. 

La politique du "One size fits all" 

Si certaines personnes voient d'une manière positive qu'une marque ne propose que des vêtements en taille unique pour éviter les stigmatisations, d'autres voient d'un mauvais oeil le fait qu'une marque impose une taille unique pour ses vêtements, imposant ainsi une vision du corps bien précise. Car soyons honnête, un vêtement taille unique est un vêtement conçu pour aller de la taille 32 à la taille 36 (ou 38, tout dépend de la matière utilisée). Ainsi, la taille unique serait discriminatoire et créerait un "club" de clientes n'excédant pas la taille 36, excluant ainsi toutes les autres tailles supérieures au 36. Comme on peut le voir sur cette vidéo postée sur Youtube par BuzzFeed, le "One size fits all size" n'est pas applicable dans la vraie vie : 


La polémique sur Brandy Melville : mon avis

Le combat contre les stigmatisations de la mode est un combat de plus en plus présent sur les réseaux sociaux, notamment avec l'appui de certaines célébrités (souvenez-vous de l'article que j'avais rédigé sur le mouvement #DROPTHEPLUS lancé par Stefania Ferrario). Brandy Melville est loin d'être la seule marque à ne proposer que des vêtements en taille unique, bien au contraire. Ce boycott aurait pu être à l'encontre de bien d'autres marques. Faisant souvent mes achats vestimentaires sur internet, j'ai souvent été confrontée à des marques proposant uniquement des tailles uniques (surtout des marques asiatiques). Et oui, j'ai déjà dû me résigner plusieurs fois à acheter un pantalon ou un short en taille unique (pour les robes, les jupes et les tops, je n'ai jamais eu ce problème). Faisant un bon 38-40 en bas, je ne peux pas me permettre d'acheter du taille unique pour un short ou un pantalon, car je sais très bien que je ne rentrerais pas dedans. J'ai été parfois déçue oui, mais je passe facilement outre. 
En revanche, que pensent certaines jeunes filles en voyant qu'elles ne peuvent pas porter un modèle car elles ne rentrent pas dans la "norme" du taille unique ? 
(je met bien le terme de "norme" entre guillemets car à titre personnel je pense que la norme n'a pas lieu d'être quand il s'agit de taille) Pour moi, cela ne fait qu'encourager le fait que seules les morphologies en dessous de la taille 36 sont valorisées par certaines enseignes. Cependant, il y a également des enseignes qui ne proposent que des vêtements à partir du 44. Je pense que dans tout ça, ce qui me pose le plus de problème c'est cette séparation et cette stigmatisation : on fait des vêtements pour femmes d'un certains gabarit, et on fait une séparation entre les différents gabarits. 

Et cela crée beaucoup de tensions, notamment sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, j'ai pu voir de nombreux tweets offensant du style "Grandes tailles de quoi ? Faut juste s'arrêter de vivre au McDo et faire du sport" (je me contente juste de citer ce tweet), ou dans le sens inverse où l'on recherche à faire culpabiliser des jeunes femmes minces, voir maigres. Au final, beaucoup s’entre-tuent car l'image véhiculée par les médias et certaines marques est celle de la beauté unique. Et ce que cela engendre n'est ni plus ni moins que des complexes, que ce soit pour des femmes rondes ou bien maigres ou minces. OUI le fait que de limiter les tailles de vêtements est stigmatisant et révoltant, mais ce n'est pas un prétexte pour dénigrer les autres. Pour moi, tant qu'il y aura des catégories crées par les marques comme "spécial grandes tailles" ou "taille unique", il y aura toujours ce genre de polémique. Tant que les médias feront planer un idéal de beauté unique au dessus de nos têtes, il y aura toujours de plus en plus de personnes complexées, qui se sentent hors de toute "norme" de beauté. On ne changera pas la mentalité de la majorité des gens, ni des créateurs de mode, ni des médias. Cependant, on peut essayer de sensibiliser les autres sur le fait que chaque morphologie a sa place dans l'industrie de la mode, et qu'aucune ne doit être mise dans une case. 
Pour terminer cette réaction, je pense que la colère des internautes contre la marque Brandy Melville est compréhensible et justifiée. Néanmoins, n'oublions pas que ce n'est pas la seule enseigne à pratiquer cette politique de taille unique. Alors je suis plus de l'avis que c'est la politique de la taille unique contre laquelle on devrait s'insurger, et pas seulement sur une des marques qui la pratique. 

J'espère que cet article réaction vous aura plu, n'hésitez pas à partager votre avis ! 


Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

© The Crystal Sheep
Maira Gall